03 septembre 2006

Passion

J'aime les passionnés. Quelle que soit la passion d'ailleurs. Hier encore j'étais en face d'un passionné. Sa passion ? La première guerre mondiale. On ne peut pas dire que la chose soit dans mes centres d'intérêt pourtant je ne me lassais pas de l'écouter, d'en prendre plein les oreilles et ma curiosité. La moindre question fait l'objet d'une réponse détaillée avec cette façon fougueuse,... passionnée (je n'ai pas trouvé de terme plus juste) de parler. Des mots dits avec conviction, des gestes pour accentuer les mots, un regard insistant pour bien faire comprendre, sourire aux lèvres parce qu'il est heureux d'en parler et puis redire encore les choses si nécessaire avec d'autres mots, d'autres gestes, d'autres exemples, le passionné a des tas d'histoires à raconter. Et je suis comme une petite fille devant eux, les yeux écarquillés, bouche bée, impressionnée, avide de savoir plus encore, même si je ne retiendrai certainement qu'une toute petite partie de l'histoire

C'est quoi un passionné (selon moi) ? Et bien, selon moi donc, c'est quelqu'un qui s'intéresse à une chose, même si celle-ci est vaste, d'ailleurs la chose est souvent vaste tellement le passionné va y chercher toutes les ramifications et toutes les diversions, tout en revenant toujours à la base de sa passion. La base, à bien l'écouter, elle est en lui depuis qu'il est tout petit, les quelques exemples que j'ai en tête me confirment la chose. Un détail dans l'enfance qui a grandit, qui a peut-être divergé, qui lui a fait construire sa vie, ses envies autour de ça, qui a éveillé sa curiosité d'enfant et qui jamais ne l'a éteinte. Le passionné est un chercheur, un créateur, un narrateur, un partageur.

Moi j'aime beaucoup de choses... mais je n'ai pas de passion. Je fonctionne plus à la sensibilité. Je suis donc sensible, entre autres, aux passionnés. Je survole ces choses que j'aime sans aller chercher plus loin. Je me laisse bercer par elles, parce qu'elles me font plaisir, mais dans aucune d'entre elles je ne me suis investie complètement. Je picore à droite et à gauche, au gré de mes envies du moment. Ça ne me rend pas malheureuse mais peut-être superficielle, sûrement en tout cas aux yeux des passionnés.

Je me demande quand même si ces passionnés ont la même écoute que moi quand ils se retrouvent en face d'autres passionnés dans des domaines totalement différents.

Posté par mirae à 17:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Passion

    L'inconvénient, avec les passionnés, c'est qu'on se sent tout petit devant leur vaste connaissance dans le domaine qui est le leur. L'inconvénient, c'est qu'on trouve toujours un passionné dans un domaine qui vous intéresse, ce qui finit par donner un sentiment d'infériorité, alors que le passionné de 14-18 ne connait peut être rien en cuisine et celui de cuisine rien en peinture.

    Posté par berlioz, 04 septembre 2006 à 12:02 | | Répondre
  • ...Sauf si la cuisine est d'époque ou si certains tableaux inspirent des plats cuisinés, les passionnés peuvent aller très loin dans leur domaine

    Posté par mirae, 04 septembre 2006 à 22:12 | | Répondre
  • Il y a les passionnés par rapport à un savoir...
    Mais il y a aussi les passionnés de la Vie...

    Posté par Coumarine, 05 septembre 2006 à 20:15 | | Répondre
  • Les passionnés, moi, j'aime.

    Posté par Olivier, 07 septembre 2006 à 01:18 | | Répondre
  • Des mots...

    Passionné, c'est déjà avoir matière à dire...difficile parfois de se retrouver en face de quelqu'un qui n'a rien à dire...

    Posté par Frank, 13 septembre 2006 à 08:15 | | Répondre
  • Et si tu te passionnais pour écrire des billets ici ?....

    Posté par Olivier, 22 septembre 2006 à 16:44 | | Répondre
  • Tu n'écris plus Mirae...

    Posté par Coumarine, 27 septembre 2006 à 08:57 | | Répondre
  • Mais où est passée notre passionnée ?

    Posté par Alainx, 29 septembre 2006 à 11:35 | | Répondre
Nouveau commentaire